La LOIRE, FLEUVE MAJESTUEUX

Publié le par gite.latouedeloire.over-blog.fr

 

La LOIRE à Chaumont

 

Le village de Chaumont-sur-Loire a une position tout à fait originale et unique sur le bord du fleuve royal, la LOIRE.

C’est elle qui l’a pétri, qui  lui a « offert » tout ce patrimoine, aussi bien sa structure géographique que la nature de son habitat et le tempérament de ses habitants.

Les paysages ligériens à Chaumont sont d’une grande beauté.

 Pour les connaître et les apprécier, il faut y séjourner ou y revenir aux différentes saisons, à différents moments.

Les brumes d’automne, les couchers de soleil de juin et septembre, les ciels changeants, les eaux calmes ou tumultueuses argentées ou inquiétantes, les grèves dorées, les migrations d’oiseaux  et la végétation luxuriante et variée du milieu ligérien sont quelques « indices » de l’état de ce paysage qui le rend si attachant, qui procure tant de sensations agréables, qui dépayse les nombreux visiteurs qui séjournent sur les bords de la Loire.

 

1-La-Loire-et-les-gabares-en-ete.jpg

 Les toues sur la Loire en été - Photo J Girard

 

2-La-Loire-et-les-gabares-en-hiver.jpg

 Les toues à Chaumont en hiver - Photo J Girard

 

4-Coucher-de-soleil-sur-les-gabares.jpg

 Coucher de soleil sur la Loire - Photo J Girard

 

6 Ciels changeants

 Ciel plombé et eaux argentées - J Girard

 

5 Ciels changeants3

 Ciel chargé et eaux dorées au coucher du soleil - Photo J Girard

 

8-Mouettes-sur-la-greve.jpg

 Mouettes sur les grèves à la fin de l'été - Photo C Roques

 

7-Les-cygnes-en-hiver.jpg

Cygnes à Chaumont à la fin de l'automne - Photo C Loriot

 

De grands auteurs et poètes ont écrit sur la Loire.

 Maurice Genevoix compare la Loire à une femme : 

 

Maintes fois, maintes fois j’ai cru voir, à l’image d’un clair visage de femme, sourire le visage de la Loire. J’ai rêvé, dans un bloc de marbre blond, de hanches souples et de seins aux belles courbes. Alors j’aurais voulu, empoignant le ciseau, le maillet, tailler fougueusement dans la pierre et voir devant mes yeux, comme un jeune miracle, surgir la forme de mon rêve. Las ! Je l’aurais reconnue et j’aurais dit :  « C’est la Loire »

Commenter cet article